Les manifestants ont causé de nombreux troubles à La Haye, capitale administrative du pays, paralysant temporairement les transports en commun.

Il s’agit de la deuxième manifestation nationale en trois semaines des agriculteurs, en colère après la publication récente d’un rapport commandité par le gouvernement qui préconise notamment une réduction draconienne des troupeaux, de vaches laitières en particulier, pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Les douze provinces du pays ont adopté de nouvelles mesures en ce sens la semaine dernière. Mais, sous la pression des agriculteurs, trois d’entre elles se sont déjà rétractées, tandis qu’une quatrième a partagé son intention de faire de même, ont rapporté les médias néerlandais.

Une colère durable

Faisant résonner leurs klaxons, les agriculteurs sont venus de tout le pays, garant leurs tracteurs dans un parc du centre-ville. « Cela fait longtemps que nous sommes en colère », a déclaré à l’AFP l’agriculteur Rik Oosterveld.

« Cela a été une règle après l’autre contre les agriculteurs, et maintenant c’est le gaz à effet de serre. Nous en avons fini », a-t-il ajouté.

La présence des centaines de tracteurs sur les routes a causé quelque 450 kilomètres d’embouteillages, affectant particulièrement la ville d’Utrecht (centre), selon l’association de sécurité routière ANWB. La première manifestation nationale des agriculteurs le 1er octobre avait provoqué le plus gros embouteillage de l’histoire du pays.

Le plus grand producteur d’azote

La sécurité a été renforcée mercredi après des troubles lundi durant une manifestation à Groningue, dans le nord des Pays-Bas. Des manifestants avaient notamment enfoncé la porte de l’administration provinciale au moyen d’un tracteur.

L’institut national pour la santé publique et l’environnement (RIVM) considère le secteur agricole néerlandais comme le plus grand producteur d’azote, affirmant qu’il a produit un total de 106 millions de kilogrammes de ce gaz en 2017.

Annonces au 1er décembre

Quelque 94 millions de kilogrammes proviennent de l’élevage, a précisé le RIVM.

Plusieurs responsables politiques, y compris au sein de la coalition gouvernementale, ont appelé à nuancer ces chiffres.

Par un communiqué publié sur Twitter, le ministère de l’Agriculture néerlandais a rappelé que tous les secteurs étaient concernés par les efforts de réductions d’émissions azotées. « Les régions donneront plus d’informations sur les plans de réductions d’émissions au premier décembre », a annoncé le ministère.

Avec l’AFP