« On marche sur la tête. Il faut imaginer un arbitre de foot qui rentrerait sur un terrain sans connaître les règles avant la fin du match. C’est n’importe quoi. Ça fait cinq ans qu’on joue le jeu, qu’on fait ce que veut le gouvernement, ce que veut le consommateur, j’ai rempli mon contrat. Mais, au final, c’est comme si j’étais puni », déplore Laurent Le Pape.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !