Après la présidence chypriote en octobre, c'est au tour du président du Conseil européen, Herman Van Rompy, de proposer un budget de compromis pour l'UE pour 2014-2020. Alors que Chypre propose une baisse de 50 milliards d'euros du budget global de l'UE par rapport à la proposition de la Commission européenne de juillet 2012, Herman Van Rompy table sur une coupe de 22 milliards d'euros rien que pour le budget concernant la Pac.

La proposition du président du Conseil européen, rendue publique le 14 novembre 2012, propose de ramener de 386 milliards d'euros à 364 milliards le budget agricole, y compris la politique de la pêche, le plan de lutte climatique et la réserve de crise qui bénéficiaient d'un budget à part dans la proposition de Bruxelles (la présidence chypriote proposait 378 milliards d'euros).

Pour les seuls paiements directs (premier pilier), la réduction serait d'environ 6 %, soit 14 milliards d'euros de moins par rapport à 2013, soit 269 milliards contre 283 milliards (pour la France la baisse serait de 6,8 %).

Quant au développement rural (deuxième pilier), il subirait une baisse de 9 % par rapport à la proposition de Bruxelles.

Le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des 22 et 23 novembre 2012 s'annonce tendu. Sur le fond de la réforme de la Pac, de telles baisses entérinées remettraient en cause le projet de Dacian Ciolos.

Lire également:

A.De.