Comme 80 % des agriculteurs canadiens, « pour bien dormir la nuit », Julien Bray, cultivateur dans la province du Manitoba, contracte des assurances « sur toutes les surfaces et pour toutes les productions ». « Les programmes sont revus tous les cinq ans au niveau fédéral et sont déclinés dans les provinces qui agissent comme des assureurs », explique Élise Legendre, en charge du risque entreprise...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
7%

Vous avez parcouru 7% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !