A l'issue d'une rencontre à Berlin entre Stéphane Le Foll et son homologue allemande, Isle Aigner, le 9 octobre 2012, le ministère français de l'Agriculture a annoncé « un accord de vue » sur le maintien du budget pour l'agriculture européenne au niveau nominal de l'année 2013, pour la période 2014-2020, soit 386 milliards d'euros à périmètre constant, celui-ci étant régulièrement menacé de révision à la baisse.

Sur la convergence des aides, les deux ministres souhaitent que le rapprochement du niveau d'aides entre Etats membres soit « raisonnable et progressif » et qu'il tienne compte de la dotation globale reçue par chaque pays (premier et deuxième piliers). La convergence des aides entre agriculteurs d'un même Etat membre est plus simple, hormis qu'en France les références historiques sont encore à la base des paiements directs. Mais la ministre allemande semble comprendre la progressivité réclamée par la France.

Les deux ministres appuient également « l'ambition et l'économie générale des propositions de la Commission en faveur de l'environnement », autrement dit, le verdissement. Ils affirment aussi que le renforcement du pouvoir économique des producteurs dans la chaîne d'approvisionnement est « une préoccupation majeure ».

Enfin, sur ce dossier de la Pac, Stéphane Le Foll et Ilse Aigner rappellent « leur attachement » aux droits de plantation pour la vigne et « la nécessité de prolonger les quotas sucriers jusqu'en 2020 ».

Lire à ce sujet :

A.De.