Serge Préveraud, le président de la Fédération nationale ovine (FNO), a choisi le site du Gaec de Poirat dans la Vienne pour officialiser vendredi la création d'un fonds d'investissement pour faciliter l'installation des jeunes en production ovine. « 50 % des éleveurs ovins ont plus de 50 ans, a-t-il rappelé et le financement par endettement ne permet plus d'accompagner les projets de reprise. »

Labeliance Agri est un produit financier qui vise à apporter une solution de financements dans le cadre d'une installation ou d'un développement d'exploitation. Le Groupement d'utilisation de financement agricole (Gufa), composé de professionnels de la filière ovine, accompagnera chacun des porteurs de projets dans leur démarche.

« L'exploitant détermine librement sa stratégie de développement en concertation avec Labeliance Agri et le Gufa », a précisé Serge Préveraud.

En préambule, le président de la FNO avait pointé du doigt le problème de la prédation. « Cela nous coûte 10 millions d'euros chaque année », a-t-il insisté. Une somme en grande partie déboursée par le ministère de l'Agriculture. « Nous demandons une régulation efficace et nous sommes prêts à en découdre », a-t-il souligné.

Le syndicat sera également attentif à la réforme de la Pac, en particulier au maintien d'une aide couplée afin d'éviter que les éleveurs ne s'orientent vers d'autres productions.

« Et nous voulons que les zones ICHN soient revalorisées. 36 % des brebis se trouvent en zones défavorisées simples. Il faudra que ces zones retrouvent les soutiens qu'elles auront perdus si elles sont déclassées », a déclaré Serge Préveraud.

M.-F.M.