La Confédération paysanne «dénonce» la proposition européenne à l'OMC et «s'inquiète du risque d'un accord qui bradera l'agriculture européenne et les problèmes de la planète au bénéfice de l'industrie agroalimentaire».

Lundi, le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, avait indiqué que l'UE était prête à abaisser ses droits de douane agricoles de 60% en moyenne, contre 54% déjà annoncés, dans le cadre de ces négociations.

«Contrairement aux règles de l'OMC, chaque pays doit pouvoir protéger ses frontières et mettre en place des outils de régulation des marchés, mesures indispensables pour maintenir des paysans nombreux capables de nourrir l'ensemble des habitants de la planète», déclare la Confédération paysanne.

«L'ensemble des analyses actuelles mènent à la conclusion qu'une relocalisation des productions agricoles et une protection des agriculteurs et des agricultures sont indispensables», poursuit le syndicat.

La Confédération paysanne explique donc qu'«une nouvelle politique agricole et alimentaire mondiale est urgente à l'opposé de ce qui se trame à Genève ou dans les accords bilatéraux».