La filière oléagineuse et protéagineuse a dévoilé mardi sa nouvelle organisation articulée autour de deux entités dont les noms changent. L'interprofession des huiles et protéines végétales regroupant l'Onidol et l'Unip se nomme Terres Univia tandis que le nouvel institut technique, issu du rapprochement du Cetiom et des services techniques de l'Unip, prend l'intitulé Terres Inovia.

« Nous avons l'objectif d'avoir 3 millions d'hectares d'oléoprotéagineux en 2025 en France contre près de 2,5 millions d'hectares en 2015 », chiffre André Pouzet, ex-directeur du Cetiom et désormais directeur des deux nouvelles entités.

Améliorer l'indépendance en protéines végétales en France

L'objectif de cette filière restructurée est d'améliorer l'indépendance en protéines végétales en France tout en renforçant les productions locales. La filière entend notamment favoriser le développement du soja mais pas que cela. « Nous avons un bouquet de cultures oléoprotéagineuses à notre disposition », estime Bernard de Verneuil, président de Terres Inovia. Pour lui, « l'agronomie et l'innovation doivent jouer un rôle central. Il faut de plus en plus penser systèmes de cultures ».

« Le nom de l'interprofession ne fait plus référence aux cultures mais aux produits finis afin d'être au plus proches des besoins des consommateurs », a aussi fait remarquer Jacques Siret, président de Terres Univia. Différentes commissions vont être mises en place, portant sur différents domaines : non-alimentaire, nutrition animale, nutrition humaine, marchés et commercialisation, production et promotion.

I.E.