Le Cetiom a indiqué mardi dans un communiqué que « des faucheurs ont entièrement saccagé dans la nuit du 19 au 20 mai » une plateforme d'essais sur plus d'un hectare, à Savarit, en Charente-Maritime. « Il s'agit d'un acte doctrinaire inacceptable », lance le Cetiom, qui explique : « Les faucheurs entendent dénoncer des variétés obtenues par mutagénèse qui représentaient moins de 3 % de la surface saccagée ! [...] Et les variétés contestées présentes dans l'essai sont toutes inscrites aux catalogues. »

« La plateforme expérimentale accueillait un ensemble d‘essais et s'inscrit dans l'agroécologie souhaitée par le ministère de l'Agriculture, poursuit le Cetiom. Il s'agissait d'apporter des réponses aux freins techniques sur la culture du colza pour les agriculteurs avec des solutions innovantes comme les cultures associées. En associant au colza des couverts de légumineuses, le Cetiom cherchait à limiter l'impact des aléas climatiques, des ravageurs et des mauvaises herbes et donc in fine à réduire l'utilisation de pesticides. Les expérimentations détruites participent pleinement aux objectifs du plan Ecophyto. »

« En rasant cette plate-forme, les faucheurs empêchent le partage et la diffusion des connaissances et des innovations qui sont essentielles dans l'évolution des pratiques agricoles, regrette l'institut technique. Une visite était en effet prévue ce jour avec les agriculteurs et techniciens de la région. En vandalisant le lieu, les faucheurs causent un préjudice à l'ensemble des agriculteurs. »

Cette destruction fait suite à un saccage d'une parcelle de démonstration de désherbage en Lorraine en avril dernier.

I.E.