La météorologie humide du printemps a porté tort aux oignons européens qui devraient voir leur production réduite de 6 % cette année à 5,2 millions de tonnes (Mt), selon les principaux pays producteurs.

Tous, à l'exception de l'Espagne – Allemagne, Danemark, France, Pays-Bas, Pologne et Royaume-Uni – déplorent des rendements en baisse, ce qui permet à l'Espagne de passer devant les Pays-Bas, avec 1,2 Mt (+1 % par rapport à 2012) et 1,04 Mt pour les seconds (en baisse de 11 %), a rapporté lundi Interfel dans un communiqué.

Les pays producteurs d'oignons se sont retrouvés au début du mois à Paris pour leur événement annuel Euronion, qui leur permet de confronter leurs prévisions et leurs pratiques.

En France, malgré des surfaces en progression de 5 % par rapport à la campagne passée, la production d'oignon destinée au marché du frais est évaluée à 318.000 tonnes. Mais l'offre réellement disponible n'excèdera pas 277.000 t (en baisse de 15 %) « en raison de récoltes trop tardives dans certaines régions et d'un tri soutenu cette année ».

La France conserve néanmoins sa septième place au niveau européen.