Dans un communiqué de presse du 27 septembre 2012, la Confédération française de l'aviculture (CFA) appelle les entreprises commerciales de la filière des oeufs et la grande distribution à « comprendre l'impérieuse nécessité de répercuter immédiatement dans leurs prix de vente les augmentations des charges. »

Elle estime que la filière souffre d'une hausse de plus de 60 % du prix de revient de l'oeuf, et ce à cause de la flambée des tarifs de l'aliment. Pour l'heure, la CFA affirme que « ces augmentations des charges ne sont pas répercutées auprès des acheteurs de la grande distribution ».

La CFA estime qu'après tous les travaux réalisés par les éleveurs pour se mettre aux normes, c'est au tour des entreprises commerciales de « prendre toutes leurs responsabilités ».

Les producteurs d'oeufs devraient participer aux actions menées par les différentes productions animales au sein des grandes et moyennes surfaces afin de sensibiliser les consommateurs aux difficultés qu'ils subissent.