Publiée le 9 novembre dans la revue scientifique Journal of the National Cancer Institute (JNCI), une nouvelle étude analyse le lien statistique entre l’utilisation du glyphosate aux États-Unis et l’apparition de cancers chez les agriculteurs et leur famille. Les chercheurs ont analysé les données récoltées dans le cadre d’un vaste projet connu sous le nom d’Agricultural Health Study (AHS), qui suit la santé de dizaines de milliers de salariés agricoles, d’agriculteurs et de leurs familles en Iowa et en Caroline du Nord depuis 1993.

Pas de lien significatif

L’étude montre que le glyphosate n’était pas significativement associé aux différents cas de cancers parmi les 54 251 individus ayant appliqué des pesticides, 82,8 % d’entre eux ayant utilisé du glyphosate. Il y aurait cependant un « risque accru de leucémie myéloïde aiguë », statistiquement non significatif, qui nécessiterait une vérification, indique l’étude.

Concernant « les tumeurs solides ou malignes lymphoïdes dans leur ensemble, y compris le lymphome non hodgkinien et ses sous-types », l’étude conclut qu’il n’y a aucun lien apparent avec l’utilisation du glyphosate.

A.M.