Devant la « catastrophe » que représente l'extension programmée des zones vulnérables, ajoutée aux différentes contraintes administratives présentes et à venir, le président de la Coordination rurale (CR) appelle à surmonter les clivages syndicaux pour « faire bloc commun » et se mobiliser ensemble le 5 novembre.

« Si nous sommes d'accord sur les symptômes, nous ne le sommes pas toujours sur leurs raisons profondes, ni même sur les moyens d'y remédier », écrit la CR dans un courrier envoyé aux présidents de la FNSEA, de JA et de la Confédération paysanne. « Pourtant, nous savons tous aujourd'hui que la situation va encore s'aggraver ».

Mandaté par le comité directeur de la CR, Bernard Lannes souhaite « agir ensemble pour faire de ce combat contre l'extension des zones vulnérables, et pour une remise à plat totale de la directive nitrate, le combat de tous les agriculteurs de France », ajoutant que « l'unité syndicale sur cette question vitale serait un signe extrêmement fort que les pouvoirs publics ne pourraient ignorer ».

Il propose ainsi de rencontrer ses homologues « dès cette semaine afin d'évoquer ensemble la possibilité d'organiser conjointement des rassemblements unitaires, [qui] pourraient avoir lieu le 5 novembre prochain, date à laquelle la FNSEA appelle déjà ses adhérents à manifester. »

Devant ces temps difficiles, « nos collègues paysans attendent un mouvement d'unité syndicale pour obtenir les mesures dont ils ont tous besoin », conclut le président de la CR.

B.L.