Vu le contexte actuel au sujet des néonicotinoïdes, Bayer CropScience a organisé une table ronde vendredi 3 juillet pour apporter son éclairage au sujet de l'évaluation de ces produits.

« Dans le cadre de la suspension de trois matières actives néonicotinoïdes (clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxam) sur certains usages au niveau européen, les firmes ont été appelées à fournir avant fin septembre 2015, des données complémentaires sur cultures attractives (colza, tournesol, maïs...) pour les matières actives ayant un effet direct », a précisé Bayer lors d'un table ronde au sujet de l'évaluation de ces produits.

L'Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments) devrait donner son avis à la Commission européenne avant la fin de l'année. Il y aura par la suite un vote au comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale. Puis suivant la décision prise, chaque pays devra décider de ré-autoriser ou non ces spécialités au niveau national.

François Thiboust, directeur des affaires publiques de Bayer estime toutefois qu' « il n'y aura a priori pas d'autorisation pour la campagne 2016 ! ».

Des demandes complémentaires d'informations sur les effets indirects sur cultures non attractives (comme le blé tendre ou la betterave) ont par ailleurs été fourni par les firmes fin 2014.

Au niveau français, il s'agit là d'un enjeu primordial pour l'entreprise (gamme Gaucho). Avec les éléments fournis à l'Efsa, Bayer n'est pas inquiet. « Il faut laisser travailler les agences. Ce genre de décision ne devrait pas se prendre suite à des effets d'annonce », a par ailleurs insisté Bruno Zech, directeur Développement et homologation chez Bayer.

C.Fr.