Dans une récente étude publié dans Ecotoxicology, des chercheurs britanniques (conduits par le biologiste Dave Goulson de l'université du Sussex) auraient démontré que le comportement des bourdons communs serait perturbé par l'imidaclopride, un insecticide de la famille des néonicotinoïdes.

Nourris pendant deux semaines en laboratoire avec une solution sucrée et du pollen exposé à l'insecticide, il semble que la capacité des bourdons à butiner le nectar ne soit pas remise en cause. En revanche, la quantité de pollen effectivement collectée aurait été réduite de 57 % à la suite de l'exposition au néonicotinoïde.

De leur côté, les firmes phytosanitaires estimeraient que ce type d'étude ne reproduit pas les conditions réelles du terrain, avec des quantités d'imidaclopride assez élevées.