Les recommandations de l’Agence française de sécurité alimentaire et sanitaire (Anses) sur les néonicotinoïdes, des pesticides accusés de contribuer au déclin des abeilles, « seront appliquées », a affirmé jeudi Ségolène Royal. Dans un avis remis le 12 janvier 2016 à la ministre de l’Écologie, l’Anses avait recommandé au gouvernement d’étendre le moratoire sur les néonicotinoïdes aux céréales d’hiver.

« Ces recommandations seront appliquées », a déclaré Mme Royal dans une allocution à l’ouverture d’un colloque sur « les perturbateurs endocriniens et leurs effets sur les écosystèmes et la santé humaine ». « Si vous confiez des responsabilités à une agence dont c’est le métier et qu’ensuite on ne suit pas les recommandations, il y a un dysfonctionnement », a-t-elle souligné ultérieurement devant la presse, en marge du colloque. « Mon travail de ministre de l’Écologie et du Développement durable, c’est d’appliquer les recommandations qui sont faites par l’Anses », a-t-elle dit.

« Agir de façon pragmatique »

Interrogée sur l’annonce, lundi par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, de la création d’un groupe de travail pour étudier la proposition de l’Anses, Mme Royal a estimé qu’il avait « raison ».

M. Le Foll n’est pas favorable à l’interdiction des néonicotinoïdes, jugeant que les agriculteurs n’ont pas aujourd’hui d’alternatives pour remplacer cette catégorie de pesticides très controversée.

« Il faut faire les choses, non pas de façon idéologique, mais de façon pragmatique », a souligné Mme Royal. « Il est évident » que les recommandations de l’Anses doivent être « appliquées de façon à ce qu’elles soient efficaces, qu’elles entrent effectivement en application. Ça se fait en partenariat, et Stéphane Le Foll a raison, avec la profession agricole », a-t-elle dit.

AFP