Dans un communiqué du 1er septembre 2015, l'Unaf (Union nationale de l'apiculture française) réclame l'interdiction définitive des néonicotinoïdes, après la confirmation par l'Efsa (Agence européenne de sécurité des aliments) d'un risque élevé pour les abeilles.

L'Union se félicite de ces nouvelles évaluations de l'Efsa, publiées le 26 août dernier, selon lesquelles « pour tous les usages autorisés, des risques élevés ont été identifiés, ou des risques élevés ne peuvent être exclus pour les abeilles ».

« Les conclusions de l'Efsa confirment une fois de plus les observations de terrain des apiculteurs et l'accumulation des preuves scientifiques de l'impact sans précédent de ces substances sur les pollinisateurs.

« Malgré des preuves toujours plus nombreuses de l'impact de ces produits, la Commission européenne a autorisé de manière extrêmement contestable le sulfoxaflor, substance active apparentée en tout point aux néonicotinoïdes », s'indigne le syndicat apicole.

Pour Gilles Lanio, président de l'Union nationale de l'apiculture française, « ces éléments démontrent qu'il est urgent de maintenir le cap d'une interdiction totale des néonicotinoïdes. Dès aujourd'hui, la France doit suivre l'exemple allemand en interdisant les néonicotinoïdes sur les céréales à paille et l'Union européenne doit adopter les nouvelles lignes directrices d'évaluation de l'impact des pesticides sur les abeilles. »