L'Inde a affirmé mercredi qu'elle n'avaliserait un accord commercial global historique que si elle était autorisée à maintenir ses subventions alimentaires à sa population nombreuse et pauvre.

En juillet, New Delhi avait torpillé la conclusion d'un accord de facilitation des échanges (TFA) destiné à réduire les barrières douanières, exigeant des progrès plus rapides concernant l'exemption de ses réserves alimentaires de possibles sanctions de la part de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

« Nous pensons que la question des réserves (alimentaires) est importante pour l'Inde », a déclaré le ministre du Commerce indien Nirmala Sitharaman au cours d'une conférence de presse. « Nous n'attendrons pas indéfiniment pour parvenir à un accord (sur cette question) », a-t-il ajouté.

Dans le même temps, le ministre a souligné que l'Inde était favorable en principe à un accord commercial, dont les experts affirment qu'il injecterait 1.000 milliards de dollars dans le commerce mondial.

Selon des calculs de l'Asian Development Bank, 47,7 % de la population indienne – qui est de quelque 1,25 milliard de personnes – vit sous le seuil de pauvreté, à savoir avec moins de 1,51 dollar par jour et par personne.

La constitution de réserves alimentaires subventionnées pour les pauvres est considérée comme une infraction aux règlements de l'OMC.