Au 1er septembre, la moitié des réservoirs (48 %) affichent un niveau normal à supérieur à la normale, selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

« En cette fin de période estivale, on peut considérer que les niveaux les plus bas sont désormais très généralement atteints », précise le BRGM qui mise donc vers un nouvel épisode de recharge des différentes nappes grâce à l'arrivée probable de précipitations automnales.

Et si la tendance généralisée est à la baisse, il n'en demeure pas moins que le BRGM a noté les premiers signes d'une inversion de tendance sur différents secteurs. La fin d'une période de forte sollicitation des nappes, durant l'été, et les futurs épisodes pluviométriques d'automne qui devraient se manifester, vont probablement confirmer l'arrêt des baisses de niveaux observés.

En 2011, année marquée par un printemps historiquement sec, près de deux tiers des nappes phréatiques (63 %) affichaient un niveau inférieur à la normale à la même époque de l'année.