« Le niveau des nappes au 1er juin 2014 est hétérogène d'une région à l'autre », a indiqué mardi le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) dans un communiqué.

Les deux tiers des réservoirs (76 %) affichent un niveau normal à supérieur à la normale. Les secteurs où la situation est favorable sont répartis dans l'ouest (bassin Adour-Garonne), le sud-est (vallée du Rhône) et le nord (bassin Artois-Picardie).

La situation des nappes en cette fin de printemps, après la période de recharge, est liée à des précipitations normales, voire au-dessus des normales sur la plus grande partie du territoire (surtout à l'ouest) depuis septembre, sauf pour le département de l'Hérault et pour les secteurs côtiers du Languedoc-Roussillon.

« Après une recharge hivernale notable, on est désormais orienté vers la période habituelle de baisse des niveaux », indique le BRGM. C'est confirmé par une forte majorité des points de suivi qui affichent un niveau en baisse (62 %). Une proportion non négligeable des points reste stable (27 %) et très peu de points (12 %) présentent encore des niveaux en hausse. Cette situation est assez normale pour la saison.

La situation des nappes au 1er juin traduit assez clairement la fin de la période de bascule entre recharge et baisse des niveaux. Le passage progressif vers une baisse généralisée des niveaux est acté ; il ne devrait pas beaucoup se modifier au cours des prochains mois.