Le centre apicole régional de Castille–La Manche (Espagne) a été le premier, voilà deux ans, à signaler l'arrivée d'un nouveau parasite des abeilles d'origine asiatique : Nosema ceranae . Comme son «cousin» Nosema apis zander , connu de longue date en Europe, ce protozoaire s'installe dans les cellules qui tapissent l'intestin des abeilles. Il est en revanche impossible à diagnostiquer sans matériel de laboratoire permettant d'en identifier les spores alors que Nosema apis zander provoque une diarrhée reconnaissable aux déjections brunes qui maculent l'intérieur de la ruche.

Nosema ceranae aurait aussi été observé en France, mais la focalisation de ces dernières années sur l'impact des insecticides en enrobage des semences de tournesol et de maïs n'a pas permis de dégager des moyens pour en connaître la répartition géographique et la prévalence.

La nosémose figure parmi les quatre maladies légalement reconnues en France comme contagieuses chez les abeilles, à côté de l'acariose, de la loque européenne et de la loque américaine. La seule matière active qui permettait d'en venir à bout, la fumagilline, ne bénéficie plus d'autorisation de mise sur le marché pour une utilisation sur les abeilles. Cette maladie sévit principalement en fin d'hiver, surtout s'il est long et humide, et cause des pertes importantes d'abeilles, voire la mort des colonies.

Dans son laboratoire, l'équipe du centre apicole de Castille–La Manche a inoculé des spores de Nosema ceranae à vingt colonies d'abeilles. Au bout de trois jours, ils ont pu observer la présence de spores matures dans les cellules épithéliales des abeilles et au bout de huit jours, toutes les colonies infectées étaient décimées.

Dans leur rapport , Mariano Higes et Martin-Hernandez Raquel (du centre apicole régional de Castille–La Manche), Garcia-Palencia Pilar et Meana Aranzazu (de la Faculté de médecine vétérinaire, université de Madrid) considèrent Nosema ceranae comme hautement pathogène pour l'abeille commune Apis mellifera et parlent d'une «possible relation avec le syndrome de dépopulation des abeilles».

Le résumé du rapport «Experimental infection of Apis mellifera with Nosema ceranae ( Microsporidia )» est consultable en anglais sur le site www.sciencedirect.com et en tapant «Nosema ceranae» dans la case «Quick Search». L'article complet (toujours en anglais) est disponible sur le même site, moyennant 30 dollars.

R.S.