En novembre, les produits alimentaires ont baissé de 1,3 % par rapport à octobre et de 8,5 % par rapport à l’année précédente. La principale production concernée est l’huile végétale dont le prix a chuté de 5,7 % sur un mois. Après 10 mois de baisse consécutive, elle atteint un niveau jamais égalé depuis douze ans. En cause, le stock important d’huile de palme, de soja...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
35%

Vous avez parcouru 35% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

En novembre, les produits alimentaires ont baissé de 1,3 % par rapport à octobre et de 8,5 % par rapport à l’année précédente. La principale production concernée est l’huile végétale dont le prix a chuté de 5,7 % sur un mois. Après 10 mois de baisse consécutive, elle atteint un niveau jamais égalé depuis douze ans. En cause, le stock important d’huile de palme, de soja et de tournesol. La récente contractualisation des prix de l’huile minérale joue aussi dans ce sens.

Presque toutes les productions concernées

Les céréales suivent cette tendance (–7,1 % par rapport à l’année dernière à la même période), entraînées par l’abondance des stocks de blé et l’accroissement de la concurrence sur le marché du maïs.

Les produits laitiers entrent dans leur sixième mois consécutif de baisse. L’augmentation des disponibilités exportables, particulièrement en Nouvelle-Zélande, est le principal facteur explicatif. Seul le lait écrémé en poudre se redresse légèrement.

Le prix de la viande perd 7,4 % par rapport à l’année dernière. À l’exception de la filière bovine soutenue par le marché asiatique, la viande en général n’échappe pas à la règle. La volaille souffre de la faiblesse de la demande, le porc et les ovins d’une abondance des stocks.

Le sucre fait bande appart

La FAO indique que seul le sucre résiste à cette tendance et marque une hausse de 4,4 % au mois de novembre. En cause, un recul de la production de 27 % au Brésil.

R.H.