Le Copa-Cogeca, qui fédère les agriculteurs et coopératives agricoles européennes, a demandé à la Commission d'agir contre les importations « à bon marché de miel qui inondent le marché européen », selon un communiqué du 5 juillet 2013. L'organisation vise particulièrement le miel chinois, « au moins deux fois moins cher » que le miel européen.

« Dans une lettre envoyée au commissaire Karel de Gucht, le Copa-Cogeca a mis en garde contre l'afflux massif de miel à bon marché importé de la Chine, un pays dans lequel les normes de production et les coûts du travail sont différents de ceux de l'UE », relève l'organisation syndicale. Le Copa-Cogeca demande donc à la Commission européenne de « surveiller la situation, d'accentuer les contrôles et d'envisager la possibilité de créer des mesures antidumping contre ces importations ».

« Avec une production d'environ 215.000 tonnes de miel par an et une consommation à la hausse, le taux d'autosuffisance de l'UE est de 60 %, indique Etienne Bruneau, président du groupe de travail sur le miel du Copa-Cogeca. Cependant, au cours des cinq dernières années, nous avons constaté une augmentation de 50 % des importations de miel chinois dans l'UE, augmentation qui s'explique par le bas prix de ces produits »

Les miels chinois importés dans l'UE sont les moins chers de tous les miels d'importation, fait-il valoir, « ils sont au moins deux fois inférieurs aux prix européens. Les producteurs européens de miel sont donc confrontés à une concurrence déloyale qui menace des milliers d'emplois, principalement dans les zones rurales de l'UE ».

« Avec des importations à si bas prix et une différence tellement importante entre la Chine et l'UE en matière de prix, de coûts de production et de coûts du travail, les producteurs européens de miel ne peuvent plus obtenir de revenus décents », remarque de son côté Pekka Pesonen, secrétaire général du Copa-Cogeca.

Selon lui, « dans ces conditions, il leur faudrait trois fois plus de ruches que la moyenne actuelle de 400 ruches pour gagner un revenu décent et réussir à vivre de leur activité, ce qui n'est tout simplement pas faisable ».

Le Copa-Cogeca demande donc à la Commission européenne d'envisager la possibilité de créer des mesures antidumping en se basant sur les expériences acquises et les actions menées dans d'autres régions du monde, comme les Etats-Unis. Il souhaite que les contrôles soient améliorés pour que « nous puissions mieux valoriser la qualité intrinsèque du miel et offrir aux consommateurs un produit sûr et de grande qualité ».