Dans un communiqué du 21 novembre, la CIBE (Confédération internationale des betteraviers européens), le CEFS (Comité européen des fabricants de sucre), l’EFFAT (Fédération européenne des syndicats de l’alimentation, de l’agriculture et du tourisme) et le Copa-Cogeca enjoignent à la Commission européenne de « rejeter toute tentative d’inclure l’offre de sucre dans le commerce au Mercosur ».

« Dans les secteurs du sucre et de l’éthanol, il n’existe pas de règles du jeu équitables pour les pays du Mercosur qui ont mis au point des systèmes sophistiqués de soutien interne », a déclaré Pekka Pesonen, le secrétaire général du Copa-Cogeca.

Craintes pour le secteur sucrier

Pour les syndicats européens, une plus grande ouverture du marché du sucre « nuirait gravement au secteur sucrier de l’UE et mettrait en péril un grand nombre des 140 000 agriculteurs, 30 000 employés et des centaines de communautés rurales dont les moyens de subsistance dépendent du secteur ».

Le Copa-Cogeca exhorte la Commission à faire preuve de « détermination et de leadership dans ces négociations ». Ils rappellent finalement aux États membres « à ne pas porter un coup supplémentaire au secteur agricole de l’UE qui est vital pour les économies de nos zones rurales ».

A.M.