Olivia insiste sur ses limites. « Je continue d’appeler mon ostéopathe, c’est une professionnelle, elle a fait de longues études. Moi je ne fais que commencer, sur le terrain. » Le « reboutage », cette forme d’ostéopathie artisanale à la ferme, elle l’a découvert et appris grâce à l’association Éleveurs Autrement.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !