À l’exception du maïs qui reste très cher dans l’Hexagone par rapport aux concurrents des pays tiers, les céréales françaises ont vu leur prix remonter légèrement cette semaine, tirées par l’exportation (orge) ou la légère appréciation des autres origines sur le marché mondial (blé).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
7%

Vous avez parcouru 7% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !