Casques de chantier, toques, et bonnets étaient de sortie mardi matin. Dans cinq départements de la Région Centre (Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Cher et Eure-et-Loir), les entrepreneurs ont manifesté leur ras-le-bol des contraintes qui pèsent sur les entreprises.

Pour la première fois, la FRSEA et la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) se sont associées pour se faire entendre des préfets. Les agriculteurs et horticulteurs défilaient donc coude à coude avec les chauffeurs de taxi, les buralistes, les cafetiers-restaurateurs, les artisans du bâtiment, les commerçants, les ambulanciers, les éleveurs équins et canins...

Ensemble, ils ont protesté contre le gouvernement qui met en place « des taxes, des impôts et autres contraintes réglementaires ». « Cette politique entrave la liberté d'entreprendre et menace de disparition de nombreuses entreprises », résume Jean Daudin, président de la FDSEA du Loiret. Derrière ce message commun, chaque corps de métier est venu avec des spécificités : le cinquième programme nitrate et la Pac, la TVA qui passe de 7 à 10 %, les contrôles excessifs...

Une pluie de confettis

Devant les préfectures, ils étaient environ 120 à Orléans, 300 à Blois, 250 à Tours, à venir braver le froid. La météo ensoleillée n'a pas incité les agriculteurs à venir manifester. Ils représentaient moins d'un tiers des cortèges.

A partir de 10 heures, les camions et les tracteurs ont procédé à des opérations escargots dans le centre de Bourges, de Tours et de Chartres. A Blois, les artisans ont déversé une benne de 1.100 casques de chantier, symbolisant les emplois perdus depuis cinq ans. Les agriculteurs ont projeté une pluie de 300 kg de confettis sur les grilles de la préfecture pour représenter la surenchère administrative.

Des délégations départementales ont été reçues dans chaque préfecture. Mercredi, une délégation régionale sera reçue par le préfet de Région.

Aude Richard