Le 8 mars 2016, le Parlement européen a approuvé des mesures visant à prévenir et stopper les épidémies animales, telles que la grippe aviaire ou la peste porcine africaine. Ces mesures ont été adoptées de manière informelle entre les députés et le Conseil des ministres de l’Union européenne en juin dernier.

Les nouvelles dispositions insistent sur la prévention et clarifient les responsabilités en la matière des éleveurs, des commerçants et des professionnels, y compris les vétérinaires et les propriétaires d’animaux de compagnie.

« Tous les éleveurs, commerçants et propriétaires d’animaux seront contraints d’appliquer les principes de bonnes pratiques d’élevage et d’utiliser de manière prudente les médicaments vétérinaires, indique un communiqué, daté du 8 mars. Les vétérinaires seront également tenus de sensibiliser à l’interaction entre la santé et le bien-être des animaux et la santé humaine ainsi que de mieux informer les propriétaires sur le problème de la résistance antimicrobienne. La Commission européenne, quant à elle, s’est engagée à contrôler l’utilisation réelle des antibiotiques vétérinaires dans les États membres et à publier régulièrement des données comparables à ce sujet. »

La nouvelle législation habilitera la Commission européenne à prendre des mesures urgentes pour lutter contre des maladies émergentes. Les députés ont veillé à ce que les experts de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) soient consultés au moment de la mise à jour de la liste européenne de maladies potentiellement dangereuses et à ce que les organisations d’agriculteurs, les associations de vétérinaires, les mouvements de protection des animaux et d’autres parties prenantes soient impliqués dans l’élaboration des plans d’urgence.