La France a récemment demandé une dérogation temporaire aux teneurs maximales recommandées pour les mycotoxines dans le maïs et les produits à base de maïs pour la récolte de 2013.

La Commission européenne tiendra compte des conseils scientifiques de l'Efsa (Autorité européenne de sécurité alimentaire), ainsi que d'autres facteurs, lorsqu'elle décidera d'accéder ou non à la demande de la France.

Ainsi, l'Efsa estime dans un rapport qu'il est peu probable qu'une augmentation temporaire des taux de trois mycotoxines (déoxynivalénol, fumonisines et zéaralénone) dans le maïs et les produits à base de maïs ait un impact significatif sur la santé publique. Pour cela, elle s'est basée sur des données fournies par la France.

« Toutefois, pour certains consommateurs, le niveau actuellement estimé de l'exposition totale, toutes sources confondues (y compris d'autres cultures), est déjà proche de ce qui est considéré comme un niveau sans risque », ajoute l'Efsa.

A télécharger : le rapport de l'Efsa (en anglais)

C.F.