À un mois du premier anniversaire de l’entrée en vigueur de la loi sur l’agriculture et l’alimentation, dite aussi « loi EGAlim », des juristes et avocats ont dressé le 16 septembre un portrait critique de son application. Réunis à l’antenne de Laval de la faculté de droit du Mans, ils ont pointé du doigt le choix des indicateurs imposés par le législateur. Ces indices édicté...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !