Les représentants de la Confédération paysanne (CP) ont été audités mardi par les députés qui vont entamer le 18 mai la lecture de la loi de modernisation de l'agriculture (LMA). Le lendemain, Philippe Collin, porte-parole, a rappelé à l'occasion d'une assemblée générale organisée à Montreuil, les positions du syndicat.

La CP exige le retrait de l'article instituant un statut « d'agriculteur-entrepreneur ». « C'est en fait un outil qui permettrait de trier les payans.

- D'un côté, ceux qui sont dignes de recevoir des aides publiques.

- De l'autre, ceux qui ne seraient pas dignes car trop petits, pas assez professionnels ».

Au contraire, Philippe Collin continue de réclamer à corps et à cri un véritable statut pour les conjoints collaborateurs qui participent à l'activité.

Il dénonce également la contractualisation : « une vaste escroquerie ». « On nous présente les nouveaux contrats comme un substitut à la Pac. Ces outils serviront davantage à asservir les paysans et à les sélectionner, plutôt qu'à leur garantir un débouché et un prix », déclare Philippe Collin. Le syndicat affirme qu'au mieux c'est une mesure « gadget ». Au pire, cela permettra aux industries agroalimentaires de choisir les paysans qui livreront.

L'une des autres mesures phares de la LMA est de donner plus de poids aux interprofessions. Pour la CP, « au préalable, nous devons pouvoir représenter les paysans dans ces interprofessions. C'est simplement une question de démocratie ».

Enfin, la Confédération paysanne a rédigé plusieurs amendements sur les questions foncières, enjeu pour l'installation. « Le volet foncier de la loi est totalement axé sur l'artificialisation des terres. Rien n'est prévu pour faciliter l'accès au foncier des plus petits demandeurs, rien pour empêcher ceux qui ont déjà beaucoup d'en avoir encore plus », regrette Philippe Collin.

A télécharger :

Positionnement de la Confédération paysanne par rapport à la LMA

Propositions d'amendements de la Confédération paysanne concernant la LMA

Discours de Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne lors de l'assemblée générale du 5 mai 2010 du syndicat

Lire également :

Pac après 2013 : prendre en compte les actifs (Confédération paysanne) (05 mai 2010)

A.De.