Comme la Belgique, la France a connu des perturbations dans les semis de légumes de plein champ destinés à la transformation et notamment à la surgélation. 

« Toutes les régions de productions, le Nord-Picardie-Centre, la Bretagne et le Sud-Ouest, ont été plus ou moins perturbées par les conditions climatiques du printemps, précise le Cénaldi, l'association d'organisations de producteurs de légumes de plein champ à destination industrielle. Si pour l'instant, il n'y a pas de pertes à déclarer, on peut d'ores et déjà dire que la campagne sera difficile. » Les producteurs et les transformateurs auront en effet du mal à planifier les productions. 

« En pois, tout a pu être semé, précise le Cénaldi, mais il y a eu des trous dans la période de semis, d'où une inquiétude pour la récolte. L'arrivée de la maturité au même moment pour une importante partie de la production pourrait poser des problèmes d'engorgement pour les usines. »

Des inquiétudes se portent également sur le haricot. En épinards, la production se faisant toute l'année, le rattrapage est plus facile.

F.M.