L’électrochoc a eu lieu il y a quatre ans. J’étais en Gaec, depuis treize années, près de Nantes, avec ma mère et un associé, ainsi que son frère qui avait remplacé mon père à sa retraite. Le travail ne manquait pas avec 125 vaches laitières sur 300 ha.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !