La hausse de 4 % de la collecte française présage une « nouvelle crise du lait », alerte la Coordination rurale, qui réclame des « mesures d'urgence de régulation de la production européenne ».

« A vouloir produire toujours plus pour satisfaire des marchés non rentables ou pour “damer le pion” aux importations de lait de nos voisins européens, il est inévitable que la filière laitière se retrouve très vite déstabilisée », estime l'Organisation des producteurs de lait (OPL, Coordination rurale) dans un communiqué diffusé le mardi 29 mai 2012.

« Collecter un peu plus de lait mais payer la totalité des 24 milliards de litres beaucoup moins chers aux producteurs sera une nouvelle affaire rentable pour de nombreux transformateurs et fatale pour de nombreux producteurs. La régulation des volumes est une nécessité et elle passe par le regroupement des producteurs en toute indépendance des transformateurs. C'est évidemment à l'échelon européen, par la création d'une agence de régulation, que la construction de cette nouvelle politique est réalisable. »

« Il y a urgence à réduire la production laitière. Si la France et l'Europe veulent éviter une nouvelle crise laitière [...], il est alors urgent que nos responsables politiques entendent maintenant les signaux d'alarme et activent des mesures d'urgence de régulation de la production européenne ».

Lire également :