La Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL) « est satisfaite que l'interprofession soit parvenue à un accord le 18 août », a-t-elle déclaré, mardi, dans un communiqué. Elle souligne néanmoins que « de nombreuses questions restent entières ».

Elle « attachera la plus grande importance au respect de tous les engagements pris par les trois familles, notamment ceux concernant les prix différenciés et la mise en oeuvre d'un indicateur de suivi des volumes par bassin laitier », souligne-t-elle..

Outre l'accord sur le prix du lait en 2010, les trois familles de l'interprofession laitière se sont engagées à travailler sur la mise en place d'un système de double prix, double volume.

« La politique de l'autruche, qui a prévalu jusqu'à présent, doit cesser. C'est la condition sine qua non pour sortir de la mécanique infernale des crises trimestrielles autour du prix du lait », estime la FNCL.

Les coopératives se déclarent néanmoins conscientes « que les avancées de l'accord du 18 août ne suffiront pas à répondre à tous les enjeux de la filière laitière et en particulier aux enjeux à moyen terme, dans la perspective de la fin des quotas ».

La FNCL est déterminée à « construire des solutions durables dans l'intérêt des coopératives laitières, et de leurs éleveurs adhérents, soit environ la moitié des producteurs de lait en France », déclare-t-elle.

« Elle continuera de faire des propositions dans cet objectif, avec une attention particulière sur la régulation des volumes de lait produits pour amortir l'impact de la volatilité sur les marchés », ajoute-t-elle.

Lire également :