Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Nouveau recul de la collecte

© Cédric Faimali/GFA

Selon la dernière note du ministère de l’Agriculture diffusée le 13 juillet 2017, les livraisons de lait de vache sont en retrait de 3 % en mai 2017, par rapport à mai 2016. Les filières caprines et ovines marquent également le pas.

Depuis le début du printemps, les conditions climatiques froides, puis caniculaires et sèches, ont perturbé la pousse de l’herbe. « Malgré un cheptel laitier bien ajusté, les éleveurs n’ont pas compensé le déficit d’herbe par l’apport d’aliments composés », estime le ministère de l’Agriculture dans sa note.

Baisse des livraisons dans tous les bassins de production

En mai 2017, la collecte de lait de vache baisse de 0,8 % dans le Grand Ouest. Le recul est plus marqué dans les deux autres grands bassins laitiers : la Normandie (–3,7 %) et le Grand Est (–3,5 %). Les plus fortes baisses sont enregistrées dans les bassins Charentes-Poitou (–7,6 %), Sud-Ouest (–7,5 %) et Auvergne-Limousin (–6,2 %). Le lait de vache bio représente 2,7 % de la collecte en mai 2017.

S’agissant des prix, en France, le lait standard s’établit en moyenne à 318 €/1 000 litres, en hausse de 33 €1 000 litres par rapport à mai 2016 et stable par rapport à avril 2017. Le prix du lait à teneurs réelles s’établit à 334 €/1 000 litres, soit une hausse de 35 €/1 000 litres par rapport à mai 2016.

Au niveau européen (Union européenne à 28), en avril 2017, la collecte progresse légèrement (+0,6 %) par rapport à avril 2016. L’évolution de la collecte reste orientée à la baisse en Allemagne (–3,2 %) et aux Pays-Bas (–0,4 %). Elle a cependant bondi de 14 % en Irlande, augmenté de 4 % en Pologne et dans une moindre mesure au Royaume-Uni (+0,9 %) et en Italie (+1,7 %).

Évolution contrastée des fabrications

Du côté des transformateurs, en mai 2017, les fabrications de lait conditionné baissent de 5,5 % par rapport à mai 2016, tandis que celles de yaourts et desserts lactés progressent de 1,5 %. Les fabrications de fromages augmentent de 11,6 % pour les pâtes molles, 5,6 % pour les pâtes persillées et 5,5 % pour les pâtes filées.

S’agissant des produits industriels, les fabrications de matières grasses reculent de 10,1 % et celles de poudres séchées de 10,2 % par rapport au mois de mai 2016. Les fabrications de poudre de lactosérum, principal coproduit de la fabrication de fromages, progressent de 5,7 % sur la même période.

Collecte en berne en filières ovine et caprine

Lait de chèvre. « En mai 2017, la collecte de lait de chèvre baisse de 3 % par rapport au mois de mai 2016. En cumul depuis janvier 2017, elle recule de 4,8 % par rapport à l’an passé. En mai 2017, les fabrications de produits laitiers à base de lait de chèvre sont orientées à la hausse par rapport l’an passé : les fabrications de lait conditionné progressent de 16,1 % et celles de yaourts et laits fermentés de 21,7 % sur la même période. »

Lait de brebis. « En mai 2017, la collecte de lait de brebis est en retrait de 4 % par rapport au mois de mai 2016. En cumul depuis le début de l’année, la collecte recule de 3,6 % par rapport à la même période en 2016. En mai 2017, les fabrications de fromages au lait de brebis progressent de 5 % pour les fromages pur brebis et de 7,7 % pour l’ossau iraty. À l’inverse, elles diminuent de 18,3 % pour les fabrications de Roquefort et de 16 % pour les autres pâtes pressées non cuites ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct