« Les coopératives laitières n’ont que le mot “développement” à la bouche, quelle que soit la situation économique de leurs associés coopérateurs », déplore Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) dans une lettre ouverte du 10 novembre 2016. Cette ambition, pour certaines entreprises, s’apparente plus à une quête du Graal qu’à une véritable stratégie. » Pourtant, « pour nos coopératives laitières fortement ancrées sur les territoires, le marché intérieur et sa valorisation est un enjeu de taille. Ce n’est pas une option mais la justification de ce statut si particulier qu’est le modèle coopératif », poursuit-elle.

Manifestations : des actions nécessaires qu’elle regrette

« Pourquoi faut-il contraindre par l’action syndicale, comme cela se passe actuellement sur le terrain, des coopératives à lâcher quelques euros sur le prix du lait alors qu’elles sont, justement, au service de ces mêmes producteurs ? », déplore la vice-présidente de la FNPL. Marie-Thérèse Bonneau fait ici référence aux manifestations récentes devant la Prospérité fermière dans le Pas-de-Calais ou Agrial dans la Manche. « La FNPL et son réseau ne laisseront pas les coopératives passer entre les mailles du filet de leur responsabilité vis-à-vis de leurs associés coopérateurs », prévient la syndicaliste.

Sodiaal, cité comme mauvais élève

« Aujourd’hui, l’entreprise Sodiaal, leader coopératif, ne peut pas se taire face à la détresse de ses sociétaires en crise depuis deux ans », lit-on également dans la lettre ouverte. Au Mans, dans la Sarthe, une nouvelle manifestation est annoncée le mercredi 16 novembre au soir devant l’usine Yoplait. FDSEA et JA ne sont pas satisfaits des 10 €/1 000 l de revalorisation sur le prix A annoncés par Sodiaal.

M.B.