En mai 2016, la collecte de lait de vache a reculé de 1,8 % par rapport au mois de mai 2015, constate Agreste dans sa note de conjoncture. Les évolutions sont contrastées selon les bassins laitiers. Ainsi, les volumes progressent dans les bassins Normandie (+2,4 % par rapport à 2015), Centre (+1,6 %) et dans le bassin Nord-Picardie (+0,2 %). Ils sont en recul de 4,5 % dans le bassin Grand-Est, de 2,6 % dans le bassin Grand-Ouest, ainsi que dans tous les autres bassins : Sud-Ouest (–4,4 %), Sud-Est (–2,2 %), Charente-Poitou (–1,9 %) et Auvergne-Limousin (–1,9 %).

La collecte de juin 2016, perturbée par une météo difficile, serait elle aussi en retrait par rapport à juin 2015, selon les estimations de FranceAgriMer.

La nouvelle dégradation du prix du lait n’incite pas les éleveurs à relancer la production. En effet, évalué à 283 €/1 000 l en mai, le prix du lait standard (38/32 g/l) est en retrait de 1,30 €/1 000 l par rapport à avril, et de 26,20 €/1 000 l par rapport à mai 2015 (–8,5 %). À lait à teneurs réelles, le prix s’élève à 297 €/1 000 l, en retrait de 5,20 € par rapport à avril 2016, et de 24 € par rapport à mai 2015 (–7,5 %).

En Europe, la collecte cumulée de janvier à avril 2016 progresse de 5,6 % par rapport à l’an passé, avec toutefois un ralentissement sur avril (+1,6 % « seulement » par rapport à avril 2015), d’après Eurostat. Les évolutions sont plus ou moins marquées selon les pays : hausse de 2,1 % en Allemagne et de 10,8 % aux Pays-Bas, mais baisse de 3,4 % au Royaume-Uni.

E.C.