La Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) met en garde, mardi dans un communiqué, contre une utilisation abusive du « prétexte » de l'embargo russe, décrété début août pour faire pression sur le prix du lait.

« Dans un secteur où l'offre est inférieure à la demande mondiale, un tel embargo doit pouvoir se gérer politiquement et donc économiquement », assène le syndicat.

Et de dénoncer la distribution et « les entreprises françaises [...] qui ne manqueront pas de nous expliquer que ce manque à gagner sur le marché russe ne leur permettra pas de conforter leur marge, sauf à considérer le prix du lait comme la variable d'ajustement... à la baisse. Cet embargo ne doit pas servir de mauvais prétexte à l'aval de la filière ».

Le syndicat en appelle à Stéphane Le Foll pour « obtenir de Bruxelles des dispositifs permanents de gestion des marchés ». Et de demander à la nouvelle Commission européenne de « mettre en place un ensemble de mesures qui donnent aux acteurs de la filière laitière européenne le temps de se retourner ».