Plusieurs dizaines de militants ont bloqué, jeudi matin dans la Somme, le chantier de la « ferme des 1.000 vaches » à l'initiative de la Confédération paysanne pour protester contre ce projet controversé.

Les militants, une cinquantaine selon la préfecture de la Somme, environ 70 selon la Confédération paysanne et l'association Novissen d'opposants locaux, s'étaient rassemblés vers 8h00 sur le chantier, occupant le bâtiment principal et bloquant les accès, selon Laurent Pinatel, porte-parole national de la Confédération paysanne. « On est sur le site, il y a 50 éleveurs laitiers qui viennent de la France entière, en tout on est 70 au minimum », a expliqué Marc Dupont, secrétaire de l'association Novissen.

Novissen et la Confédération paysanne accusent le promoteur de la ferme, Michel Ramery, d'en avoir « modifié la construction par rapport au permis de construire », a poursuivi M. Dupont. « On demande à rencontrer (la ministre du Logement) Cécile Duflot et (le ministre de l'Ecologie et de l'Energie) Philippe Martin pour discuter avec eux de ce permis de construire, pour accorder la modification du permis ou dire “non, votre permis n'est pas légal” », a expliqué M. Pinatel. « On veut les rencontrer et c'est l'exigence au prix de laquelle on va partir. On bloque le chantier, les ouvriers sont repartis », a-t-il poursuivi.

La gendarmerie était sur place mais la Confédération paysanne a assuré que la situation était calme. Des militants ont notamment tagué « Des fermes, pas des usines » et « Usine à lait » sur les murs de la ferme. Ils comptaient s'enchaîner aux poteaux tenant le toit de la ferme dans la matinée « pour symboliser qu'à chaque fois que Michel Ramery fera une ferme comme ça, ce sera ni plus ni moins qu'une façon d'enchaîner les paysans aux diktats de l'industrie », a lancé M. Pinatel.

Joint par l'AFP, Michel Welter, responsable d'exploitation du chantier, a indiqué que « des modifications dans l'implantation des bâtiments ont fait l'objet d'un permis de construire modificatif en cours d'instruction ». « Ils ont bloqué le chantier, ils sont en train de faire du feu dans mon bâtiment », a-t-il décrit, expliquant ressentir « du dégoût et de l'énervement ».

Un arrêté préfectoral a limité à 500 le nombre de vaches laitières tant que la surface d'épandage des boues résiduelles ne sera pas suffisante. Mais les opposants estiment que les dimensions de la ferme, et du méthaniseur qui y est associé, n'ont pas été changées et qu'il s'agira à terme d'une ferme de 1.000 vaches (1.750 bovins au total avec les génisses).