Les groupements de producteurs livrant leur lait à Bongrain ont signé, vendredi midi au Salon de l'agriculture, un protocole d'accord national sur la contractualisation avec l'industriel.

Christophe Tinnière, qui s'exprimait au nom de ces groupements, s'est réjoui de « l'état d'esprit constructif des deux parties lors des négociations ». Il a salué « la reconnaissance formelle des organisations de producteurs (OP) et de leur rôle (par le groupe industriel, ndlr). Cela permet de travailler sur l'après quota ».

Parmi les autres points du contrat mis en avant par le représentant des producteurs, figurent :

- la durée du contrat de 7 ans renouvelable par période de 5 ans,

- la durée du contrat de 12 ans pour les jeunes agriculteurs s'installant a titre individuel ou en société,

- la fixation des volumes pour l'après-quota se discutera entre les OP et Bongrain,

- la cessibilité du contrat...

Chaque groupement va maintenant se voir proposer un contrat-cadre qu'il cosignera avec le transformateur. Des réunions vont être organisées en mars pour informer les éleveurs adhérant ou non à une OP. Chaque producteur recevra un contrat d'application à signer et qui le liera à Bongrain.

Bongrain souhaite avoir un retour du contrat d'application signé en avril de façon à pouvoir lancer son dispositif en mai.

Bongrain précise que les éleveurs ne souhaitant pas adhérer à une OP, et préférant signer un contrat à titre individuel, peuvent le faire. Dans ce cas, c'est la première version du contrat qu'ils ont reçue qu'ils doivent signer et retourner.

E.R.