En septembre 2011, la collecte de lait de vache a encore fortement progressé (+7 %) par rapport à septembre 2010, mais les chiffres de FranceAgriMer pour octobre témoignent d'un ralentissement.

En septembre 2011, la collecte de lait de vache a de nouveau fortement progressé (+7 % par rapport au mois de septembre 2010), rapporte vendredi le service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l'Agriculture. Selon lui, « dans un contexte de prix du lait élevé, les éleveurs ont maintenu un niveau de production élevé tout au long de l'été. La période estivale humide a permis de nourrir les animaux à l'herbe, tout en limitant l'utilisation des aliments composés ».

En cumul depuis le début de la campagne de 2011-2012, la collecte de lait de vache corrigée de la matière grasse progresserait de 5,3 % par rapport à la campagne précédente (+5,4 % sans correctif matière grasse). A la fin de septembre 2011, le déficit estimé par rapport à la référence nationale attégnait 314.000 tonnes. Il faut remonter à la campagne de 2005-06 pour retrouver un écart aussi réduit par rapport au quota à mi-campagne.

Mais d'après les derniers sondages hebdomadaires de FranceAgriMer, rapporte la note du ministère, « un ralentissement de la hausse de la collecte laitière semble s'amorcer ». Après plusieurs mois de forte hausse, la progression de la collecte se situerait autour de 2 % au cours du mois d'octobre 2011 par rapport au mois d'octobre 2010.

A mi-campagne, beaucoup de producteurs ont déjà un volume de livraisons élevé par rapport à leur quota alloué et sont « d'ores et déjà contraints à réguler leur production pour éviter de payer des pénalités en fin de campagne ». Selon le ministère, cette hausse moins rapide de la production est également liée au déficit hydrique constaté dans plusieurs régions, dès le début de l'automne.