Ekylibre et Axe Environnement lancent le « zéro saisie » pour les phytos

D’un côté, il y a le dispositif Keyfield d’Axe Environnement, qui trace les bidons de phyto grâce à une étiquette RFID depuis l’arrivée dans le local phyto jusqu’à l’embarquement par Adivalor. De l’autre, on trouve le logiciel open source de gestion des exploitations agricoles de la start-up Ekylibre. Désormais, les deux vont fonctionner de concert pour assurer toute la traçabilité des phytos sur l’exploitation. Keyfield, développé par la start-up Nexxtep et commercialisé par Axe Environnement, est un carnet de plaine numérisé. Chaque bidon de produit phyto qui entre dans le local de stockage est équipé d’une étiquette RFID fournie par Axe Environnement. Dès que le bidon sort du local et est utilisé pour remplir le pulvérisateur ou même déposé dans un sac Adivalor, des lecteurs RFID l’identifient ainsi que son statut (volume restant…). Toutes les informations récoltées sont alors transmises au logiciel Ekylibre, si l’agriculteur le souhaite et s’abonne à ce service. Toute la traçabilité des traitements phytosanitaires est ainsi assurée automatiquement, sans aucune saisie de la part de l’agriculteur.

Louer un véhicule pour chevaux entre particuliers avec Dadavroum.fr

Une plateforme collaborative et sécurisée pour louer un van ou un petit camion entre particuliers : l’idée est simple, existe déjà pour les automobiles et pourtant, elle manquait cruellement aux propriétaires de chevaux. Florent Moussu, père de trois jeunes cavalières régulièrement amenées à se déplacer sur les terrains de concours hippiques, l’a vite compris. « C’était tellement difficile de trouver des vans à louer que j’en ai acheté un, raconte-t-il. Seulement, c’est un investissement pour un véhicule qui ne sert que ponctuellement. » Lucille, Ninon, Lila et leur père imaginent ensemble un moyen suffisamment structuré pour rentabiliser sans crainte l’achat du van, et en contrepartie répondre aux besoins des cavaliers qui, comme eux à l’époque, n’en possèdent pas. L’idée germe en février 2016. Huit mois plus tard, la famille Moussu lance la plateforme Dadavroum. « À leur inscription, les utilisateurs souhaitant louer et ceux qui mettent leur véhicule à disposition justifient leur identité, et renseignent, selon le cas, leur permis de conduire ou la carte grise du véhicule ». L’assurance ? « C’est ce qui a été le plus difficile à négocier, mais sans quoi la plateforme n’aurait pas pu exister, dit-il. Nous avons convaincu la Maif, souvent présente dans l’économie collaborative. Ainsi, tous les véhicules mis à disposition sur Dadavroum sont assurés tous risques à la journée de location. » La fixation des prix est recommandée par la plateforme, suivant les barèmes régulièrement constatés sur le marché. Mais elle reste libre. Quant au paiement, il est garanti par carte bancaire.

Comparateuragricole.com assure aussi le transport

Ça n’est pas seulement le premier site internet à partir duquel les agriculteurs peuvent vendre leurs céréales au meilleur prix : il gère aussi la logistique. En plus de proposer les offres de blé, colza, maïs et orge de nombreux négociants, la start-up est en mesure de calculer le coût du transport basé non pas sur une moyenne régionale mais « ajusté au code postal ». Ses fondateurs, Pierre-Antoine Foreau et Vincent Guilhem de Pothuau, tous deux fils d’agriculteurs, s’appuient sur un réseau de plusieurs transporteurs, et depuis quelques semaines, sur une plateforme qui leur permet de suivre les parcours des camions en temps réel. Au total, 500 agriculteurs ont eu recours à Comparateuragricole.com en moins d’un an.

Le Salon de l’agriculture va mettre en avant les start-ups avec un espace spécifique et centré autour de La Ferme Digitale.La surface d’exposition devrait doubler, voire tripler
  1. Arvalis et Hiphen planchent sur l’irrigation

    Arvalis-Institut du végétal est partenaire du projet européen « Internet de l’alimentation et agriculture 2020 » (IoF2020) qui bénéficie d’un financement par la Commission européenne. Arvalis coordonne le cas d’étude propre au développement de réseaux de capteurs pour un pilotage de précision de l’irrigation et de la fertilisation azotée, en partenariat avec Orange et la start-up Hiphen.

  2. Du gaz sur Agrofournitures.fr

    Agrifournitures.fr propose depuis le début de l’année du gaz en vrac (naturel ou citerne) et en bouteille en partenariat avec Antargaz, Finagaz et Gazissimo.fr et bientôt de l’Adblue et des produits pétroliers.

  3. 500 projets pour Miimosa

    La plateforme de financement participatif réservée à l’agriculture, Miimosa, a financé 500 projets en deux ans, à hauteur de 2,2 millions d’euros : les trois quarts ont concerné des travaux d’agrandissement ou des besoins en diversification, et le dernier quart des projets d’installation.

Rosanne Aries, Hélène Chaligne et Corinne Le Gall