Caterpillar investit dans le drone

La branche financière de Caterpillar, Caterpillar Ventures, vient d’investir dans Airware, une société américaine spécialisée dans la fourniture de solutions « clé en main » pour transformer les données des drones en décisions économiques et opérationnelles pour les entreprises. C’est le deuxième événement important dans la vie d’Airware, qui a fusionné avec la start-up Redbird, pionnier dans le traitement et l’analyse de données collectées par drone, en septembre 2016.

Les concessionnaires Caterpillar pourront désormais proposer à leurs clients des prestations de drones, des analyses incluant de la photogrammétrie, de la cartographie et de la volumétrie. Bergerat Monnoyeur, distributeur de Caterpillar en France, fait partie des premiers à rejoindre ce programme.

Chute de 30 % des investissements mondiaux dans les start-ups

Ce n’est pas encore la bérézina : les investissements dans les start-ups des technologies agricoles, ou agtech, se sont tout de même élevés à environ 3 milliards d’euros en 2016. Mais dans son observatoire, la société américaine Agfunder souligne qu’il s’agit d’une baisse de 30 % comparé à 2015. Cette dernière a été une année record avec un montant total investi de 4,3 milliards d’euros. Le résultat de 2016 est à mettre en face d’une augmentation de 10 % du nombre d’opérations qui ont atteint 580 « deals », cela grâce à une hausse de l’activité sur les semences.

La raison principale avancée par Agfunder pour expliquer la chute des investissements est la baisse généralisée des montants investis dans tous les secteurs technologiques. En ce qui concerne l’agtech, les secteurs les plus touchés par cette baisse sont ceux des équipements (–89 %) dont le drone (–68 %), et ceux des biomatériaux et des bioénergies (–75 %). À l’inverse, 4 catégories ont vu leurs investissements progresser : les biotechnologies (+150 % à 674 millions d’euros – M€), les logiciels, capteurs et objets connectés (+3,7 % à 340 M€), les « nouveaux systèmes agricoles » (+63 % à 241 M€) et les technologies des chaînes d’approvisionnement (+3 % à 169 M€).

Concrètement, ces résultats sont aussi le fruit de l’attrait de certaines start-ups pour des investisseurs. Il s’agit par exemple de la société américaine de semences microbiennes Indigo (146 M€ investis en 2016) après la première commercialisation d’un produit pour le coton, ou encore de la ferme d’insectes Ynsect (13,3 M€) pour le secteur des « nouveaux types d’exploitations agricoles ».

InoculumPlus trouve des alternatives biologiques aux intrants chimiques

Issue de la recherche agronomique de pointe, la start-up dijonnaise, fondée en 2011 par le professeur Silvio Gianinazzi, développe des solutions pour équilibrer biologiquement les sols agricoles. Son idée : les mycorhizes et leurs applications. Symbioses entre certains champignons et racines de plantes, elles ont pour propriété d’améliorer l’absorption des nutriments dans le sol, et de limiter le recours aux engrais et aux pesticides. La petite entreprise, qui travaille avec les agriculteurs (viticulteur, arboriculteur…) mais aussi les pépiniéristes, les collectivités, les espaces verts… bénéficie de l’expertise de son fondateur qui a travaillé durant trente ans à l’Inra de Dijon en tant que chercheur au CNRS. La start-up commercialise divers types de produits à base de micro-organismes et travaille, entre autres, sur l’enrobage des semences de blés avec des mycorhizes, ainsi que la mise en valeur des composts de sarments de vigne, afin de réduire les intrants chimiques.

Agriconomie atteint un volume d’affaires de 2 millions d’euros par moisLa start-up spécialisée dans l’approvisionnement, qui affichait lors de son premier anniversaire un volume d’affaires (détail et place de marché) d’un million d’euros, annonce désormais compter pour ses 3 ans plus de 6 200 clients agriculteurs et chiffre son activité à deux millions d’euros de volume d’affaires par mois. Son ambition est d’atteindre 20 millions d’euros en 2017. Fondé en 2014 et employant 43 salariés, Agriconomie compte recruter 25 personnes supplémentaires et prévoit un développement à l’international.
  1. Appel à projets Le Bivouac

    L’accélérateur de start-ups Le Bivouac lance son appel à projets Boost AgriTech sur le thème de l’agriculture. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 17 mars 2017. Elles concernent les innovations pouvant répondre aux problématiques de l’agriculture et de l’agroalimentaire, du champ à l’assiette.

  2. Sensing Labs lève 400 000 euros

    Sensing Labs, entreprise spécialisée dans l’efficacité énergétique annonce une levée de fonds de 400 000 euros. Cinq fonds d’investissement sont impliqués dans cette levée : BCR Finances, Capitole Angels, Cèdre Participations, Méliès et Provence Business Angels.

  3. Un livre blanc du Co-Farming

    Plusieurs start-ups spécialisées dans l’économie collaborative agricole, dont WeFarmUp, et des spécialistes de l’agriculture connectée ont publié un livre blanc du CoFarming, intitulé : « Faire ensemble en réseau ».

Rosanne Aries, Vincent Gobert et Corinne Le Gall