Dilepix analyse les images de surveillance des champs et vous alerte

Toute jeune, la start-up Dilepix est née d’un transfert de technologie avec Inria Rennes-Bretagne-Atlantique en 2017 et a officialisé sa création en mars 2018. Elle se propose de surveiller les cultures et les animaux à partir d’analyses d’images automatiques. Dilepix propose d’exploiter l’ensemble des capteurs déjà en place sur l’exploitation. L’application alerte l’exploitant si besoin est.

L’objectif de Dilepix est d’offrir aux agriculteurs et conseillers une solution d’optimisation de la production en leur évitant de passer du temps à l’analyse d’image. Elle s’applique aux cultures avec la détection et la progression des ravageurs, de la floraison, de la maturité, des quantités potentielles de récolte… Elle s’applique aussi aux élevages avec la surveillance des bâtiments, la détection d’intrusion de prédateurs, le contrôle de robots….

Pour l’heure, Dilepix cherche à se développer, en recrutant de nouveaux collaborateurs et en cherchant des financements. La start-up dirigée par Aurélien Yol et Alban Pobla a été sélectionnée au Village by CA d’Ille-et-Vilaine. Elle cherche à obtenir une levée de fonds pour l’été 2018.

Les nouvelles technologies montent en puissance

Les start-ups ont bénéficié d’une bonne visibilité au Salon international de l’agriculture. Preuve en est, l’espace 4.0 réservé aux nouvelles technologies, aux capteurs et aux applications toujours plus important. Sa surface a été multipliée par cinq en trois éditions.

La première année, cet espace accueillait cinq entreprises sur 95 mètres carrés. Cette année, elles ont été une vingtaine sur 500 mètres carrés. L’association de start-ups La Ferme Digitale s’y est assurée une place de choix. Cette année, l’association regroupait sur 265 mètres carrés dix-huit start-ups.

Octopus Robot a reçu un prix de l’innovation au salon Agro Farm de MoscouCe robot est destiné à travailler dans les poulaillers.

Nile restitue au sol ce qui vient du sol

ARD, l’activité de R & D de Vivescia, et le groupe Elephant Vert, donnent naissance à la « start-up » Nile, spécialisée dans les bio-intrants. La société veut à terme commercialiser trois grands types d’intrants : fertilisants, stimulants et produits de biocontrôle. Nile veut exploiter les ressources naturelles du sol. Elle veut sélectionner des micro-organismes et les multiplier. ARD et Elephant Vert apporteront chacun leur savoir-faire.

Vincent Gobert