Plus de 500 paysans et paysannes venant de 70 pays de tous les continents participent actuellement à la VIe Conférence de la Via Campesina à Jakarta, en Indonésie, qui célèbre également le vingtième anniversaire du mouvement, indique ce mercredi 13 juin 2013 un communiqué de l'organisation.

« La délégation européenne à Jakarta, composée de 40 personnes de 13 pays de l'UE et représentant un ensemble de 20 organisations, réaffirme son engagement dans la lutte pour la souveraineté alimentaire et une réforme agraire plus sociale au niveau international et continue à construire des alliances de solidarité et de coopération avec les paysannes et paysans du monde entier », explique le communiqué. La Confédération paysanne et le Modef sont les deux syndicats agricoles français membres de La Via Campesina.

Des agriculteurs du Canada et de l'Union européenne, ainsi que d'Inde et des Etats-Unis « se sont réunis et dénoncent les négociations commerciales qui ont lieu en ce moment même entre leurs gouvernements respectifs ».

« Tout comme nous, les agriculteurs et agricultrices européennes ne voient pas de bénéfices provenant de l'Accord économique et commercial global (CETA en anglais), seulement des souffrances », affirme Nettie Wiebe, une agricultrice de Saskatchewan (Canada). « L'attaque contre le droit des paysans d'utiliser leurs propres semences, les menaces planant sur les secteurs canadiens soumis à la régulation de l'offre, et toute l'orientation générale de ces négociations donnant encore plus de contrôle sur la production et la sécurité alimentaires aux entreprises transnationales, c'est la mauvaise direction à prendre. »

« Pendant que certaines entreprises font pression pour réduire les restrictions commerciales, sapant davantage l'agriculture familiale, nous, les agriculteurs et aussi la plupart des citadins, ne voulons pas que les régulations concernant notre nourriture et agriculture soient davantage affaiblies. Sous aucun prétexte, nous n'allons accepter la viande de boeuf traité avec des hormones ou des cultures transgéniques venant du Canada ou de n'importe quelle autre provenance ! », s'exclame Javier Sánchez, un paysan espagnol, représentant de ECVC.

Tandis que le débat s'est concentré sur l'Accord économique et commercial global, les délégués de La Via Campesina des États-Unis et de l'Inde « exprimeront leur opposition aux accords que leurs gouvernements respectifs sont en train de négocier avec l'UE concernant la production laitière nationale et qui génèrent encore davantage de difficultés pour les exploitations agricoles familiales ».