L’information provient du député Jean-Baptiste Moreau (LREM). Interrogé le 17 septembre 2019 par La France Agricole sur la recrudescence des intrusions dans les exploitations agricoles, le parlementaire a rapporté s’être entretenu le jour même, avec le ministre de l’Intérieur sur le sujet.

Christophe Castaner lui a indiqué que « l’ensemble des réseaux antispécistes étaient sous surveillance », cite le député.

« Évidemment il est impossible de mettre un gendarme derrière chaque élevage, mais le ministère de l’Intérieur suit de très près ces réseaux antispécistes et ne cédera rien sur le plan du droit. »

Nouvel appel d’une association antispéciste

Trois bâtiments d’élevage ont été détruits le 17 septembre 2019 par un incendie dans l’Orne, qui pourrait s’avérer criminel en raison des messages laissés sur place « Assassin » et « Camp de la mort ». Le contexte est très tendu. Par ailleurs, l’association antispéciste DxE a fait appel, le même jour, sur le réseau Twitter, à toutes les bonnes volontés pour s’associer à « leurs démarches » ce week-end. Avec ce tweet : « Enquête ce week-end en Mayenne, des bénévoles dispo pour nous donner un coup de main ? », suivi du mot-clé « élevage intensif ».

« C’est inadmissible, commente Jean-Baptiste Moreau. Mais légiférer ne servira pas à grand-chose. Il est déjà interdit de s’introduire dans une propriété privée. Cependant, il faut désormais que les procédures aillent au bout. Parce que l’on sait très bien aussi que pour ce genre de faits, beaucoup de procédures ne débouchent sur rien. »

Ne pas se défendre seul

Le parlementaire de la majorité est par ailleurs revenu sur l’intrusion du député Bastien Lachaud (LFI), dans un élevage des Côtes-d’Armor, aux côtés de DxE. Une vidéo, diffusée en mai dernier par l’association antispéciste, rapportait la scène. « Quand on voit un député de la République qui s’introduit dans un élevage, décrit-il, il doit être poursuivi. Il ne doit pas y avoir d’immunité parlementaire sur ce type d’affaire. »

« Ça va mal finir, lance Jean-Baptiste Moreau. Nous ne sommes pas à l’abri d’un geste d’autodéfense. »

Rosanne Aries