Le Parlement italien a adopté dans la nuit de jeudi à vendredi un amendement au projet de budget pour 2020 légalisant la production et la vente de cannabis light (moins de 0,5 % de THC) après des mois d’incertitude pour les agriculteurs et commerçants de ce produit.

L’amendement en question prévoit que ce cannabis pourra être vendu librement dans les bureaux de tabac et magasins spécialisés à partir du 1er janvier à la seule condition de ne pas contenir plus de 0,5 % de THC, la principale substance active à effets psychotropes.

Voir aussi : Australie — Le cannabis légalisé dans le territoire de Canberra (28/09/2019)

Vérifier l’effet stupéfiant de la substance

En mai 2018, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, chef de la Ligue, parti d’extrême droite, qui a adopté un discours conservateur sur les mœurs, avait lancé une croisade contre les magasins vendant du cannabis light en vertu d’une loi votée deux ans plus tôt, affirmant qu’il les fermerait les uns après les autres.

En mai dernier, la Cour de cassation avait paru lui donner raison, affirmant que la vente ou la culture de cannabis étaient illégales. Mais la haute instance avait confié à l’appréciation de chaque juge, devant s’occuper de cas concrets, de vérifier « l’effet stupéfiant » de la substance détenue par la personne incriminée. Outre ce pouvoir discrétionnaire donné aux juges, la Cour avait rappelé que le Parlement pouvait intervenir dans ce domaine dans le respect des principes constitutionnels.

Voir aussi : Cannabis — Les parlementaires vont étudier les différents usages (11/07/2019)

Voir aussi : Premier Ministre — « Absurde » de ne pas réfléchir au cannabis thérapeutique (08/04/2019)

Un geste « opportun » pour les agriculteurs

C’est chose faite désormais et les personnes travaillant dans ce secteur ont poussé un soupir de soulagement. « C’est la fin d’un cauchemar. Après la chasse aux sorcières de Salvini, j’ai dû licencier 10 personnes et j’ai perdu 68 % de mon chiffre d’affaires », a déclaré au journal La Stampa, Luca Fiorentino, fondateur de la société Cannabidiol Distribution.

M. Fiorentino assure qu’une étude de l’Université de New York a démontré que la vente légale de cannabis light avait permis de soustraire 200 millions d’euros à la criminalité organisée.

Le syndicat des agriculteurs Coldiretti a qualifié « d’opportun » ce geste du législateur italien, assurant que les terres cultivées avec du cannabis en Italie étaient passées de 400 hectares en 2013 à 4 000 hectares en 2018.

Voir aussi : Cannabis thérapeutique - Des opportunités inexploitées, selon les professionnels (19/02/2019)

AFP