La ministre italienne de l'Agriculture a démissionné le 26 janvier 2014, soupçonnée d'abus de pouvoir concernant la nomination du personnel dans le secteur public de la santé et à la suite d'une enquête sur la gestion des fonds de l'UE pour l'agriculture.

« Je démissionne en tant que ministre. Je ne peux continuer à faire partie d'un gouvernement qui n'a pas défendu mon honneur », a annoncé Mme Nunzia De Girolamo sur son compte Twitter.

Mme De Girolamo a été accusée ce mois-ci d'avoir exercé une influence inappropriée sur le choix de responsables du secteur de la santé de Benevento, ville située en Campanie (sud), à la suite de révélations dans les médias d'écoutes téléphoniques de 2012. Il s'agit du deuxième ministre du gouvernement de coalition d'Enrico Letta à démissionner.

Le 25 janvier,, des allégations de malversations avaient émergé contre son ministère après que la police financière italienne a confirmé qu'elle avait mené des recherches au cours de la semaine dans le cadre d'une enquête sur la répartition des fonds de l'Union européenne, ont rapporté des médias italiens.

Les enquêteurs s'intéressent à des irrégularités dans l'attribution d'environ 8,9 milliards d'euros (12,18 milliards de dollars) pour des investissements dans l'agriculture qui ont été accordés à l'Italie de 2007 à 2013, selon le quotidien La Repubblica.

Mme De Girolamo, qui ne fait pas l'objet d'une enquête à l'heure actuelle, a déclaré samedi que l'enquête de la police concernait une période où elle n'était pas encore en poste.

Alors que l'UE décide dans quels domaines les fonds doivent être investis, le ministère avait été chargé de distribuer le capital restant par le biais de la compagnie AGEA dans laquelle le gouvernement détient 51 % des intérêts, selon les médias.