La FNSEA, avec Orange et sa filiale NordNet, fournisseur d'accès à Internet par satellite, annoncent mercredi dans un communiqué la signature d'une convention nationale de partenariat autour du projet « Agriculture Connectée ».

Dans ce cadre, vingt-deux exploitations bénéficieront gratuitement durant un an d'une connexion Internet par satellite et donc de débits allant jusqu'à 20 Mbps en réception et 6 Mbps en émission, grâce à la technologie satellitaire KA-SAT opérée par Eutelsat.

Pendant cette période, les exploitants agricoles pourront tester les fonctionnalités du matériel mis à leur disposition et les performances de la connexion, afin de mesurer si elles répondent à leurs besoins et à leurs attentes. Les sites feront l'objet d'un processus d'identification conduit par la FNSEA en liaison avec les délégués régionaux d'Orange et les équipes de NordNet, explique les partenaires.

L'opération se déroulera en trois étapes, avec la sélection des exploitations agricoles, le déploiement des équipements et une période d'utilisation gratuite du service qui s'achèvera en octobre 2015. Ce calendrier permettra de vérifier la pertinence de l'équipement aux besoins des exploitations agricoles.

Après trois mois d'utilisation, les agriculteurs seront invités à dresser un premier bilan des performances de la solution mise en oeuvre. A l'issue de l'expérimentation, un bilan complet sera effectué avec les agriculteurs par les partenaires.

« Les partenaires souhaitent démontrer l'intérêt du satellite pour permettre aux exploitants agricoles de gérer au quotidien leurs activités, de donner vie à leurs projets numériques et d'ouvrir de nouveaux champs d'applications numériques à des coûts compétitifs », explique le communiqué.

« Cette initiative est née du constat que l'accès au très haut débit est un élément important pour développer la compétitivité des exploitations agricoles. Il est aussi un facteur d'attractivité pour les territoires ruraux et leurs habitants, qui peuvent accéder à tout le potentiel offert par le monde numérique. Or, à ce jour, certaines exploitations agricoles ne disposent pas toujours d'une connexion ADSL à un débit suffisant pour pouvoir valoriser leur activité et leur territoire ».